Site Web Parj

PARJ I

La première phase du Programme d’appui à la réforme de la justice « PARJ I » a marqué le coup de d’envoi de l’appui à la réforme de la justice tunisienne, dotée d’un budget total de 25 MEuro, avec pour comme principaux objectifs de renforcer l’indépendance et l’efficacité de la justice, moderniser le système pénitentiaire et améliorer l’accès à la justice.

Ainsi, plusieurs projets inscrits dans le cadre de ces objectifs globaux ont été lancés avec l’appui de l’Assistance technique au programme d’appui à la réforme de la justice (ATPARJ) durant cette phase du PARJ I, notamment :

  • Le projet de soutien à l’amélioration du système de justice pour enfants en Tunisie (mis en œuvre en partenariat avec UNICEF) ;
  • Le projet de réhabilitation des tribunaux et établissements pénitentiaires conformément aux standards internationaux avec une dotation de matériel informatique (mis en œuvre en partenariat avec UNOPS) ;
  • Le projet d’amélioration de l’accès à une justice de qualité en Tunisie -ADELA- (mis en œuvre en partenariat avec ASF) ;
  • Le projet de modernisation du système pénitentiaire par la réduction de la surpopulation et la prestation de services aux détenus ;
  • Le projet d’appui à la numérisation de la justice tunisienne (l’archivage numérique et la gestion électronique des documents, l’affichage numérique…)
  • Trois projets de jumelages institutionnels au profit du Ministère de la justice, de l’Institut supérieur de la magistrature et de la Direction générale des prisons et de la rééducation (mis en œuvre en partenariat avec des consortiums européens) ;

Ces différents projets, ajoutés à d’autres activités d’appui notamment à l’organisation de colloques scientifiques, ont permis d’atteindre des résultats fort remarquables dont la réhabilitation de 3 tribunaux de première instance (à savoir les TPI de Sfax, Gabes et Nabeul), la réhabilitation de 6 établissements pénitentiaires, l’appui au renforcement des capacités de plusieurs centaines des différents acteurs de la justice (magistrats, avocats, greffiers, notaires, huissiers de justice, experts judiciaires…) à travers des formations et des colloques scientifiques, ainsi la numérisation de plus de 36 millions de pages de jugements…